vendredi, 10 avril 2015 00:00

Test: Bloodborne

Écrit par

Quand Demon's Souls est arrivé en 2009 (pour la version américaine), une soudaine passion pour From Software est née. Depuis, Dark Souls et Dark Souls 2 sont sortis et ma passion n'a fait que grandir. Alors forcément, Bloodborne, je l'attendais, j'en rêvais. From Software voulait revisiter son propre concept, changer d'univers et repousser le joueur dans ses retranchements. Vendu comme un AAA classique par Sony, Bloodborne est pourtant un jeu de niche exigeant et sans pitié, mais dont les qualités en font déjà un chef d'oeuvre vidéoludique.

 

Hidetaka Miyazaki est un génie, un vrai. En quelques années, il a su imposer sa marque de fabrique et transformer un fiasco en succès (hé oui, Demon's Souls était un échec en devenir avant qu'il ne s'y intéresse). Et même s'il n'a que fait superviser Dark Souls 2, l'âme du créateur originel de la série transparait à chaque recoin du jeu.

Bloodborne offre à nouveau à Hidetaka Miyazaki la possibilité de montrer son talent en tant que producteur. Fini l'héroic fantasy, fini la collecte d'âmes et fini la sécurité inspirée par un bon bouclier. Bloodborne veut vous faire vivre un cauchemar. Un de ceux qui vous marquera et vous obsèdera.

Pour arriver à ses fins, Miyazaki dote sa nouvelle licence d'un univers gothique, sombre et glauque. Il y ajoute un bestiaire qui revisite les contes d'horreur populaires en plus de créatures dignes du Mordor. Les âmes, quant à elles, sont remplacées par des échos de sang. D'ailleurs, le sang giclera. Tout le temps.

Et pour être sûr que le joueur ne se sente jamais en sécurité, terminé les armures lourdes. Une arme dans la main droite, une autre dans la main gauche, et pour le reste, vous devrez laisser la bête en vue se nourrir de ses ennemis et vous mourrez. Beaucoup.

Bloodborne est hypnotique. La patte artistique de From Software est bien présente et les environnements, parfois somptueux, sont variés et ne se cantonnent pas à une architecture et vous enverra visiter les environs boisés de Yharnam, sans oublier la possibilité d'explorer les donjons du Calice moyenâgeux.

Le doublage français, tout comme la bande-son (rare, comme pour les Dark Souls) colle parfaitement à l'ambiance et il reviendra au joueur de décoder le scénario du jeu par lui-même.

 

 

Bienvenue dans un cauchemar

Les nuits de chasse de Yharnam peuvent être très longues. Alors que vous vous réveillez dans une infirmerie sombre dont le sol, maculé de sang, n'inspire pas vraiment confiance. Sans arme, vous descendez l'escalier et tombez nez à nez avec un loup-garou dépeçant une victime. Cela ne fait pas 3 minutes que vous jouez et vous êtes déjà mort.

C'est alors que vous apprenez l'existence du rêve du chasseur et que vous comprendrez rapidement que vous n'avez d'autre choix que de chasser les créatures qui hantent Yharnam et ses environs afin de comprendre réellement ce qui se trame. De retour dans le monde réel armé d'un pistolet et d'une épée (ou d'une hache ou d'une canne), vous partez arpenter ce monde qui ne vit que par la violence et le sang et à ce propos, vous allez devoir expliquer au loup-garou qui vous a saigné que le chasseur, c'est vous !

Voguant sur la notion d'éveil, de cauchemar et délivrant le scénario par énigme, Bloodborne vous lance immédiatement dans le bain sans aucune autre forme d'explication. C'est donc désorienté que vous commencez une aventure qui marquera votre vie de joueur en plus de vous rendre parfois complètement dingue.

Un gameplay revisité

Le gameplay est à l'image de l'univers qui vous entoure. Brutal, nerveux et sanguinolent. Ici, il n'est pas question de permettre au joueur de se protéger en observant le pattern d'un ennemi. Tout est fait pour nous forcer à prendre l'initiative.

Ainsi, lorsque vous êtes touché, la contre-attaque vous permet de récupérer de la vie afin de minimiser les dégâts encaissés. Chaque coup vous coûtera de l'endurance (qui heureusement revient très rapidement et est le moteur de gestion d'un combat) et chaque combat gagné vous gagnerez des échos de sang, la monnaie du jeu qui vous permettra d'acquérir niveaux et équipements.

De manière générale, l'arme main gauche, le révolver, vous servira à contrer l'adversaire pour contre attaquer en le sonnant alors que l'arme main droite servira à faire un maximum de dommage. D'ailleurs, pour ajouter de la finesse dans ce monde de brute, chaque arme main droite possède 2 positions.

La première, courte, sert dans la plupart des combats. La seconde, activée en appuyant sur L1, est beaucoup plus lente, mais permet souvent de toucher plusieurs ennemis simultanément sur une plus longue portée en maximisant les dégâts.

Bien entendu il y a quelques exceptions avec des armes dont la forme L1 n'ajoute absolument aucune portée ou encore des armes main gauche magiques accentuant les dégâts généraux faits.

L'exigence du gameplay rend le titre difficile, très difficile ! Tout est une question d'esquive et de contre-attaque millimétrée. À cela il faut également ajouter front stab et back stab qui nécessitent des timings parfaits pour annihiler l'ennemi sur une seule attaque.

Beaucoup plus nerveux qu'un Dark souls avec un personnage également beaucoup plus rapide, Bloodborne fait tout pour obliger le joueur à rester vigilant et rapide à l'esquive. La clé d'un combat gagné tient donc toujours à votre faculté à observer un ennemi tout en étant vous-même mobile. Jouer les kamikazes peut même s'avérer payant si votre timing de contre-attaque est parfait.

Servi par un game design ingénieux, vous pourrez vous trouver de nombreux raccourcis pour éviter d'affronter encore et encore les ennemis des mêmes zones. Les zones sont tellement bien construites que, malgré les décès multiples, on découvre parfois tout à fait par hasard des passages secrets remplis de bonnes choses et... de quelques monstres particulièrement tenaces.

 

 

Exigeant et punitif

Dans la vie, il faut faire attention à ce que l'on fait. Dans Bloodborne, il faut redoubler de prudence. Que vous soyez niveau 15 ou 75, le traitement sera le même ! Chaque mort réduira vos échos de sang durement acquis à 0. Pour les récupérer, il faudra retourner sur la zone où ils ont été perdus et peut-être devoir annihiler la créature qui les détient.

En cas de mort sur le parcours vous séparant de votre sésame, vous pouvez dire au revoir à vos échos qui seront définitivement perdus et aspirés dans le cauchemar.

Les combats peuvent également être complexes. La caméra part parfois en vrille lorsque l'on lock l'adversaire, ce qui complique les choses, mais ça reste très gérable. Si les boss ont un pattern précis qui doit être étudié et s'avère parfois compliqué, les monstres que l'on rencontre peuvent vous jouer de mauvaises surprises et vous tuer par une simple faute d'inattention.

Il ne faut pas oublier que dans Bloodborne, nombreux sont les monstres qui se baladent sur de vastes terrains et si vous êtes dans un combat, il n'attendra pas son tour pour vous en coller une.

Au final, vous ne pouvez vous en vouloir qu'à vous-même d'avoir échoué et c'est ce qu'il y a de plus dur à accepter. Certaines zones ou certains boss paraissent complètement insurmontables et tout est fait pour que vous paniquiez devant sa force, sa résistance, sa vitesse ou sa taille. C'est psychologique et ça fonctionne très bien. En réalité, chaque boss, chaque monstre à une faiblesse exploitable. Il est soit trop grand, soit trop lent, soit fragile ou trop prévisible. À vous d'identifier et d'exploiter cette faiblesse au bon moment. Plus facile à dire qu'à faire.

Et question de vous mettre un autre coup de pression, les lampes servant de checkpoint et permettant de retourner dans le rêve du chasseur pour s'équiper ou monter de niveau sont suffisamment rares pour vous forcer à parfois faire demi-tour pour dépenser votre or plutôt que de le perdre. C'est alors que vous comprenez le génie se cachant derrière le game design évoqué tout à l'heure, les fameux raccourcis... Ils deviennent indispensables pour vous permettre de gérer au mieux vos échos de sang et les die and retry provoqués par les boss.

 

 

Fragile et vulnérable

Si la montée de niveau vous donne de très bonnes sensations en combat avec, notamment, une meilleure gestion des zones que vous avez déjà passées, vous ne vous sentirez jamais en sécurité et l'équipement y est pour quelque chose.

Les armes et armures ne sont pas parfaites. Elles ont toutes des faiblesses et nécessitent de faire des compromis. Elles sont parfois efficaces comme un boss et complètement inutiles contre un autre. C'est à vous de le découvrir.

Pour les armes, c'est la même chose. La puissance vous imposera une certaine lenteur, alors que la vitesse vous forcera à charger plus souvent et plus rapidement. La portée joue également un rôle essentiel dans votre manière de jouer. Vous apprendrez assez rapidement quelle arme vous convient et quelle autre vous pose des problèmes.

Vous pourrez même les améliorer grâce à l'atelier du rêve du chasseur. Elles pourront ainsi obtenir différents bonus. Tout d'abord, le niveau de l'arme pourra être amélioré tout au cours du jeu grâce à des pierres, mais elles pourront également être améliorées grâce aux gemmes qui leur octroieront différents bonus supplémentaires. Certaines, réellement puissantes, pourront aussi venir avec un malus tel qu'une usure plus rapide, ce qui vous obligera à la réparer plus souvent.

Votre personnage lui-même pourra utiliser plusieurs runes pour améliorer sa résistance, son farming d'écho ou encore sa résistance à certains éléments. Ce sera à vous de voir ce qui vous convient de mieux suivant la zone que vous affrontez et les runes que vous avez récoltées.

Mais peu importe ce que vous ferez, jamais vous ne vous sentirez invulnérable et un groupe d'ennemis de la première zone pourra toujours vous faire votre fête si vous pensez le contraire.

 

 

Les donjons Calice

En plus d'une aventure passionnante, From Software a voulu introduire une nouvelle variable avec des donjons procéduraux générés aléatoirement. S'ils sont novateurs pour la série, ils sont également un peu décevants si on les compare à la qualité de l'aventure que nous vivons. En fait, il leur manque juste l'âme de Yharnam insufflée dans le reste du jeu.

Toutefois, ils sont loin d'être inintéressants ! Déjà, les boss y sont aléatoires et en plus on peut récupérer du matériel tout simplement excellent ! De plus, en coop, ils sont réellement amusants à faire et donnent envie de se replonger dans l'aventure.

Ils sont donc une demie-réussite, mais certainement pas un échec.

Coop et PvP

Comme dans un Dark Souls, le multijoueur asynchrone est toujours présent et vous pourrez voir les joueurs morts qui sont passés par là avant vous ainsi que les messages laissés un peu partout par vos compagnons d'infortune.

Le jeu en coop est assez proche de ce que nous connaissions déjà avec les anciens titres du studio. Dans un premier temps, la coop a sa propre monnaie à travers la "lucidité". Dans votre quête, vous trouverez des crânes de savoir qui vous apporteront des points de lucidité dont l'objectif premier est de vous permettre de "voir" le monde tel qu'il est, mais si vous sacrifiez un point, vous pourrez alors être rejoint par un joueur qui pourra  alors vous aider. Pour cela, vous aurez besoin d'une simple cloche.

Si jouer en coop est plutôt simple, il n'y a pas de menu permettant au joueur de jouer avec ses amis. À la limite, on peut le comprendre afin de ne pas complètement foutre en l'air le jeu lui-même et éviter qu'un niveau 70 aille se frotter au premier boss avec un niveau 10 tout frais.

Quant au PvP, il ne faut pas l'oublier ! Si vous jouez en ligne, il est tout à fait possible que votre cauchemar soit envahi par un joueur qui vous veut du mal, tout comme cela existait dans Dark Souls. Les combats sont intenses et il veut mieux être skillé pour ne pas se faire découper en tranches.

 

 

Presque parfait

Bloodborne n'est pas exempt de défauts. Son framerate est parfois instable et provoque quelques ralentissements, la caméra peut devenir folle et le ciblage est largement perfectible. Tout cela s'oublie complètement à la seconde où nous nous laissons absorber par l'histoire et l'univers.

Outre l'histoire principale d'apparence simple, voire anodine, il y a une multitude de discussions que vous pouvez avoir avec des pnjs (enfin des voix sortant des maisons en fait) et qui vous raconteront l'histoire de cet univers à travers des récits, mais aussi des quêtes secondaires parfois très compliquées à remplir.

Du coup, pour découvrir et déterrer tous les secrets du titre de From Software, il faudra s'y reprendre à plusieurs fois... Déjà, il y a 3 fins différentes et un "game plus" qui vous donnera énormément de fil à retordre avec des boss bien plus difficiles à battre. Un énorme challenge pour quiconque tentera de s'y frotter !

Conclusion

J'aurai pu parler encore de dizaines de choses. Bloodborne est devenu mon jeu favori. Tout simplement. 30 ans de gaming et si je ne devais en retenir qu'un, ce serait lui, sans hésitation. Les 45 heures de ce premier run ont été intenses. Bloodborne est un chef d'oeuvre du jeu vidéo. Il ne se laisse pas apprivoiser et doit être dompté pour se laisser admirer. C'est la voie qu'a choisie Hidetaka Miyazaki et on ne peut pas lui en vouloir !

Le gameplay est une variante intéressante aux Dark souls et même si les bases sont bien là, les sensations sont complètement différentes. Le cauchemar que l'on nous propose de vivre nous donnera des sueurs froides et du fil à retordre à plus d'une reprise, mais chaque ennemi vaincu apporte une satisfaction unique, chaque écho de sang récupéré se dépense avec réflexion, chaque arme améliorée nous procure le courage nécessaire à retourner affronter ce boss qui nous met au tapis si souvent.

Bloodborne est un grand Action RPG. Il n'est pas fait pour tout le monde, mais il a déjà trouvé son public et ce public attend déjà un Bloodborne 2 avec impatience. Merci Hidetaka Miyazaki. Merci From Software.

En bref:

Les +:

  • Une patte artistique magnifique
  • Un univers captivant
  • Un game design de folie
  • Un gameplay qui frôle la perfection
  • Des combats intenses
  • Des rencontres monstrueuses et épiques
  • exigeant et sans pitié
  • Ces petites histoires qui peuvent vous hérisser le poil

Les -:

  • Les chutes de framerate
  • Quelques problèmes de caméra
  • Les temps de chargement long (embêtant quand on meurt rapidement à la chaîne)

 

 

 

Informations supplémentaires

  • Développeur: From Software
  • Éditeur: Sony
  • Style: Action RPG
  • Version: Française doublée
  • Multijoueur: Oui (coop, PvP, asynchrone)
  • Copie fournie par: Éditeur et achetée

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.