vendredi, 20 novembre 2015 00:25

Test: Halo 5: Guardians

Écrit par

Halo n'aura pas mis très longtemps à devenir une licence incontournable de l'univers Microsoft. Il faut dire, qu'à l'origine, Bungie s'était donné les moyens de faire de cette série un étalon du FPS. Du coup, quand 343 Industries a repris le flambeau, les attentes étaient grandes, autant que les inquiétudes.

 

Promesses tenues !

Les 2 grandes promesses initiales de 343 Industries étaient simples, mais ambitieuses. Proposer un véritable Halo tout en s'affranchissant de la patte de Bungie et faire tourner le jeu à 60 fps constamment.

Hé bien, les promesses sont tenues ! Le jeu tourne donc parfaitement en 60 fps et ça, c'est assez spectaculaire, surtout quand les gardiens sont dans le ciel et que ça tire de partout.

Soyons honnêtes, certains environnements ne sont pas très convaincants alors que d'autres sont carrément superbes. Dans l'ensemble, le jeu est tout de même très beau, bien doublé et l'aventure rythmée.

Si les débutants ne connaissant pas la série seront un peu perdus par l'histoire et ses innombrables références à l'univers de Halo, les habitués de la série apprécieront le geste. Toutefois, les nouveaux joueurs prendront tout de même plaisir à le découvrir et auront sûrement, une fois l'aventure achevée, auront l'envie de se jeter dans les précédents opus.

 

 

Voulant briser la routine que l'on retrouve sur pratiquement tous les FPS, 343 Industries a su faire varier énormément les environnements qui vont des bases aliens austères aux forêts luxuriantes, sans oublier les passages en véhicule.

De plus, tout au long de l'aventure, nous naviguons entre deux points de vue, soit celui de l'équipe Osiris et de la célèbre Blue Team du Major. Osiris traque l'équipe bleue qui elle, tente de rejoindre Cortana, le tout dans un dédale de quiproquos faisant en sorte qu'Osiris doute sérieusement du Major. Votre aventure vous permettra également d'en apprendre plus sur les forerunners et leur technologie, mais le tout reste encore suffisamment obscur pour un prochain épisode.

Si après les 7 petites heures de la campagne, vous êtes toujours sur votre faim, refaire le titre en coop relance tout l'intérêt du jeu et le mode légendaire saura mettre du piquant dans vos parties parce que, sérieusement, le challenge est de taille !

Chose par contre décevante, il n'y a pas de possibilité de jouer en splitscreen ! C'est réellement dommage car beaucoup de joueurs ont adoré se faire du Halo en duo sur le canapé. À la limite, c'était même pour moi une sorte de petit rituel.

 

Screenshot Original

 

Un gameplay revisité

Si l'univers de Halo fourmille de références, d'histoires étranges et est finalement un véritable space opera, sa dimension multijoueur n'est pas à négliger et la licence a su rassembler un grand nombre de fans au fil des ans.

D'ailleurs, le feeling Halo est présent absolument partout. Tuer un ennemi est toujours aussi long, alors un spartan ennemi, je vous laisse deviner. Zoomer est également souvent une très mauvaise chose, puisque dans Halo, cela n'apporte pas obligatoirement la précision recherchée suivant votre arme et vous devenez alors une cible de choix puisque votre mobilité s'en trouve réduite.

Hé oui, Halo c'est technique ! Halo 5 l'est donc tout autant et ça, vous vous en apercevrez rapidement. S'il est vrai qu'il faut parfois vider des chargeurs complets sur un adversaire (et courir chercher des munitions au passage), le FPS de 343 Industries n'en demeure pas moins nerveux et un Spartan est un militaire bourré de ressources.

343 Industries a su apporter sa signature au gameplay pour tenter de faire oublier Bungie et espérer éviter les "c'était mieux avant".

 

 

Entre l'arsenal qui laissera le choix à tous les types de joueurs imaginables, les véhicules, les assassinats furtifs au couteau ou encore les sauts avec atterrissage mortel sans oublier les sauts stationnaires (oui oui, figé dans le ciel quelques secondes pour sniper le pauvre bougre qui galope comme une poule sans tête), il y a énormément de choses à maîtriser pour espérer ne pas mourir toutes les 2 minutes en multijoueur. Pour tout vous dire, il y a même un bon vieux coup de coude dashé qui rappellera Destiny.

Les changements apportent finalement beaucoup plus de nervosité et la jouabilité au pad reste toujours exemplaire. On s'éclate et c'est le principal.

Par contre, si le gameplay a su évoluer dans le bon sens, le multijoueur reste quand même bien classique. Entre les conquêtes de territoire, les captures de drapeau ou les simples deathmatches, le studio ne s'est pas vraiment forcé pour innover.

Toutefois, il y a les Warzones. C'est le nouveau gros morceau PVP de ce titre. Accueillant jusqu'à 24 joueurs,Il existe deux objectifs distincts. Vous pourrez soit détruire simplement le générateur de la base adverse soit partir dans une course aux points en alignant non seulement les spartans adverses, mais en remplissant des objectifs PVE relativement difficiles car, forcément, les 2 équipes tenteront d'accomplir la même chose.

C'est bien pensé et on peut y passer des heures sauf qu'il y a encore assez peu de cartes et qu'hormis ces zones de guerres, nous sommes en terrain connu et les habitués des FPS n'auront pas vraiment de surprise.

 

Screenshot Original2

 

Réquisitions et micro-transactions

Dans votre base, ainsi que dans les armureries prises, vous trouverez des bornes de réquisitions dont le principe est vital aux zones de guerres. Celles-ci vous permettront d'utiliser des véhicules, armes spéciales et bonus à utiliser lors de votre partie. Ces réquisitions s'obtiennent sous forme de cartes qui peuvent être éphémères ou permanentes.

Pour les cumuler, 3 moyens. Si vous vous en sortez bien avec votre équipe, vous pourrez recevoir en récompense un paquet de cartes de réquisitions. On y trouvera, comme dit précédemment, des armes, des véhicules et des bonus, mais aussi des personnalisations d'armure.

L'autre moyen consiste à utiliser ses crédits gagnés lors des parties multijoueurs. Il existe trois sortes de paquets, soit bronze, argent et or. Vous vous doutez que le dernier contient les cartes les plus rares et coûte le plus cher. Il est donc important de cumuler ces cartes pour les utiliser en jeu et ainsi, par exemple, se faire le plaisir en utilisant un lance-roquette ou un char d'assaut Scorpion.

La dernière possibilité consiste à acheter ces paquets de cartes avec de l'argent réel. Il faut vraiment jouer très peu pour avoir recours à cette méthode puisque les crédits s'entassent tout de même très rapidement et au bout de 3 parties, vous devriez pouvoir vous payer un paquet "or" sans problème.

Imparfait, mais très bon

Ceux qui attendaient le messie pourraient être déçus. Halo 5 n'est pas parfait, ce qui ne l'empêche pas d'être très bon. Outre sa campagne un peu courte, le game design glisse parfois faire la facilité en nous entraînant dans des schémas identiques d'un chapitre à l'autre.

Pourtant, comme dit plus haut, 343 Industries a beaucoup misé sur la diversité des situations, mais cette volonté s'étiole à la fin de l'aventure qui tend à multiplier les mêmes situations (salles circulaires, vagues d'ennemis et on recommence). Même le scénario prend quelques raccourcis, comme si le studio avait hâte de clôturer la campagne.

Le fait que vos équipiers puissent vous ramener dans le combat rend aussi le titre trop facile en normal. Il suffit de faire une opération kamikaze à la grenade quand il y a beaucoup d'ennemis et un de vos coéquipiers viendra vous ranimer dans les prochaines secondes.

Bon, ça ne fonctionne pas à tous les coups, mais souvent. Parfois, un drôle de bug fait en sorte que l'un de vos coéquipiers se place près de vous et au lieu de vous réanimer, il garde la position jusqu'à votre mort... C'est pas super pratique.

Le multi aurait également dû bénéficier de modes de jeux un peu plus originaux (ou plus nombreux au moins) afin de ne pas devoir tout miser sur les warzones qui sont, il est vrai, excellentes, mais il n'y a pas assez de cartes pour ce mode de jeu.

Mais ces petits défauts n'entachent en rien l'aura de Halo 5 qui se révèle être un incontournable sur Xbox One et qui aura quand même su me faire craquer pour la machine. Hé oui ! Ce Halo 5 est tout à fait capable de faire vendre des consoles !

 

Screenshot Original3

 

Conclusion

Halo 5: guardians est un très bon Halo. Tournant sans problème à 60 fps et ce, peu importe la tension de l'action, il propose aussi des  environnements parfois très beaux et impressionnants.

Malgré la facilité de la campagne en mode normal, les scènes épiques sauront vous marquer et le challenge du mode légendaire vous donnera des sueurs froides.

Halo 5 sait aussi proposer du bon multijoueur. Classique dans l'ensemble, on s'y amuse quand même énormément et les remaniements du gameplay apportent encore plus de nervosité à une licence qui a encore de très beaux jours devant elle.

Quant aux warzones, elles permettent de s'éclater quelque soit le niveau du joueur. Les néophytes y apprendront les bases et les habitués mettront en place des stratégies meurtrières pour engranger le maximum de points.

Si vous cherchez un bon FPS, complet, facile à prendre en main tout en se révélant technique, alors ce Halo 5 devrait vous combler.

En bref:

Les +:

60 fps
Une campagne très sympa (diversité, souvent très beau, etc.)
Gameplay rafraîchi
Tout le monde y trouvera son compte
On s'éclate beaucoup en multi... (les Warzones !!!)

Les -:

... Malgré le fait qu'il soit dans l'ensemble très classique
Un essouflement qui se ressent en fin de campagne
Pas de splitscreen

 

 

 

 

Informations supplémentaires

  • Développeur: 343 Industries
  • Éditeur: Microsoft
  • Style: FPS
  • Version: Française intégrale
  • Multijoueur: jusqu'à 24
  • Copie fournie par: avec console

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.