mercredi, 03 juin 2015 00:28

Test: Splatoon

Écrit par

Une nouvelle IP chez Nintendo, c'est un évènement. Alors forcément, Splatoon était attendu. Une réussite ? Un échec ? Amusant ? Révolutionnaire ? Voyons tout ça !

 

Bienvenue dans un univers bariolé

Splatoon intriguait dès la première vidéo. Coloré, apparemment amusant et complètement fou, le titre de Nintendo avait sérieusement de quoi intriguer.

Graphiquement, il est vrai que le titre est profondément marqué par l'emprunte Nintendo. Difficile de ne pas le comparer à Mario Kart. Excentrique et colorée, cette nouvelle licence aura de quoi tester votre capacité à distinguer les spectres de couleurs.

Que ce soit les personnages, les décors ou encore les armes, équipements et vêtements, tout est fait pour nous préparer à une aventure hors norme. Un TPS où il fait bon glisser sur la peinture, atomiser ses adversaires sur une musique déjantée (et tellement répétitive qu'elle rend dingue), le tout dans la bonne humeur.

Le concept est finalement simple et redoutable : dominer le terrain avec sa couleur tout en dézinguant nos adversaires afin de cumuler les points.

 

 

Simple et ingénieux

En jouant en ligne à 4v4 et malgré l'absence de chat vocal, on s'éclate. Littéralement. Si vous espérez gagner en y allant comme un sauvage, vous risquez d'être déçu. Il va falloir être pervers. En fait, il va falloir être plus pervers que l'adversaire.

En effet, si vous vous jetez comme un malade sur l'équipe adverse, vous risquez de mourir en quelques secondes. Déjà, parce que la portée de vos armes est limitée, mais aussi parce qu'il va vous voir arriver de loin avec votre technique d'artiste peintre et il tentera obligatoirement de bloquer votre progression.

En réalité, il vous faudra tapisser le terrain avec intelligence pour préparer votre approche et vous transformer en calmar pour nager rapidement dans la peinture. Si jamais vous touchez la peinte de l'adversaire, fini la discrétion et bonjour le déplacement au ralenti.

Le plus discret et le plus malin gagnera. À force de tester des techniques d'approche, on trouve son rythme et on apprend à utiliser les accessoires qui peuvent radicalement inverser la tendance d'un combat ou même vous permettre de survivre à une offensive ennemie.

À cela, il ne faut surtout pas négliger le réservoir qui se vide à vitesse grand V et qui doit être rechargé le plus rapidement possible si on ne veut pas finir frit dans l'assiette de l'adversaire.

Après quelques parties, on prend ses marques et on arrive à se débrouiller. On arrive même à établir des stratégies malgré l'absence de communication. On se fait plaisir à partir en kamizake une fois que l'on a pris le bouclier ou encore à annihiler un duo fatiguant au lance tornade.

Notez qu'ici, le multi a été testé majoritairement dans les conditions de la version Presse, c'est-à-dire sur un serveur uniquement occupé par des journalistes et qu'il arrivait souvent que ce dernier soit un peu vide et que les parties soient longues à démarrer. Ceci est complètement corrigé avec la version commerciale. Tout va beaucoup plus vite. En fait, il n'y a simplement aucun temps mort.

Votre montée d'expérience et l'argent gagné vous ouvriront de nouveaux modes de jeux en plus de nouveaux équipements. Toutefois, ne vous inquiétez pas, le jeu reste équilibré en permanence.

Au programme, par exemple, le niveau 10 vous promet des défenses de territoire (prendre une zone et tenter de la conserver) ultra nerveuses.

 

 

Un local minimaliste

Disponible pour 2 jours, l'un ayant comme écran le pad de la Wii U, le mode local consiste à tuer son adversaire et percer des ballons. C'est un peu dommage. On aurait aimé plus.

C'est d'ailleurs à ce moment qu'on comprend que Nintendo a absolument voulu encourager le mode en ligne par-dessus tout. Le mode local est tellement triste qu'au final il n'y a même rien à gagner.

Bon, on s'amuse tout de même, mais on en fait rapidement le tour. Dommage.

Et le solo ?

Lorsque vous arrivez dans Splatoon, vous êtes connectés à un hub qui vous permet de profiter de l'ensemble des activités. Celui-ci se matérialise par un quartier dans lequel vous distinguez un personnage louche qui va transporter notre Inkling dans une aventure à la mesure du reste du titre, c'est-à-dire, un truc totalement décalé.

Ici, impossible de ne pas comparer le mode solo à un Mario Galaxy. En effet, le passage entre chaque niveau est aérien et chacun de ces niveaux à un concept qui lui est propre.

Bien entendu, il y a des boss. Ces derniers, à l'exception du dernier, sont plutôt faciles à battre et on s'aperçoit que l'objectif de ce mode solo est de nous préparer au multi en nous apprenant à maîtriser les différents éléments du jeu.

C'est plutôt bien fait, mais ça manque de finition et on aurait aimé un solo plus étoffé comme a toujours su le faire Nintendo.

 

 

Conclusion

Splatoon est un très bon TPS. Même si l'enveloppe du jeu semble familiale et fun, le gameplay s'adapte totalement aux joueurs hardcore. Il est subtil et demande pas mal de matches pour commencer à être maîtrisé sérieusement.

L'arrivée du ranking créera une dimension compétitive assez rare chez Nintendo qui ne peut que faire du bien à Splatoon qui pourra jouer sans problème la carte de l'E-Sport.

Si les modes solo et local sont manifestement en retrait pour encourager le joueur à affronter d'autres comparses, il va falloir voir comment Nintendo compte faire évoluer son titre dans l'avenir car, une chose est sûre, le potentiel de Splatoon est là.

 

En bref:

  • Les +:
  • Un gameplay rafraichissant
  • Un design unique
  • L'équipement, les armes
  • Un des meilleurs multis du moment
  • Les -:
  • Un mode solo et local en retrait
  • Certains morceaux de musique

 

 

Informations supplémentaires

  • Développeur: Nintendo
  • Éditeur: Nintendo
  • Style: TPS
  • Version: Française
  • Multijoueur: 4vs4, local à 2
  • Copie fournie par: Éditeur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.